Le Sol qui porte Hande est le récit dramatique de l’assassinat et de la disparition de Hande Kader en 2016, activiste transgenre turque, remarquée lors de la Marche des Fiertés à Istanbul l’année précédente. La dramaturgie de ce texte tente de retracer sa vie, de sa naissance à sa disparition.

Cette quête fragmentée qui prend la forme d’un texte-paysage, d’un individu, de son corps, de sa famille, de son identité, est construite par une fable bigarrée de césures — de pages manquantes. Le lecteur spectateur citoyen doit irrémédiablement faire appel à son interprétation, à sa capacité d’imaginer, pour en trouver un fil conducteur. Le théâtre devient une déambulation où l’écriture cherche à comprendre pourquoi et comment il est aujourd’hui possible qu’une société contienne tant de haine, de détresse et de violence. Ainsi, l’auteur démantèle la forme tragique classique, en intégrant le chœur au plateau des acteurs. Par un procédé d’inversion, la collectivité agit elle-même sur le récit devenu fiction.

Par là même, ce texte interroge le statut et la valeur de la parole, celle qui commente la réalité pour la rendre soit plus intelligible, soit plus opaque. C’est donc l’origine même qui est en question, celle de l’autorité des uns sur les autres, du théâtre sur soi, et de soi sur le système démocratique d’aujourd’hui.

Livre papier

12,50 €

ISBN : 979-10-94225-13-4

 

Livre numérique

6,99 €

EAN : 9791094225134